Forum Suisse Mylène Farmer


 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 "L'Ombre des autres"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: "L'Ombre des autres"   Sam 14 Oct 2006, 00:55

Nouvelle qui a l'air très sérieuse (confirmée) et qui me parait pas mal. mylène resterait en effet bien dans son univers et dans celui de Giorgino!!

http://www.allocine.fr/article/fichearticle.html?carticle=18393485

Qu'en pensez-vous??
Revenir en haut Aller en bas
Mélusine
MODERATRICE
MODERATRICE
avatar

Féminin
Nombre de messages : 17488
Age : 35
Localisation : Gravée sur la Pierre
Date d'inscription : 30/08/2006

MessageSujet: Re: "L'Ombre des autres"   Sam 14 Oct 2006, 15:00

Cela me semble pour ma part très sérieux!

En tout les cas, le titre et le thème du roman qui ferait le film colle tout à fait à Mylène!!!!

En plus, ce serait un film de Besson que j'adore... LE PIED MES AMIS!!
Vous ne pouvez pas imaginer à quel point je suis toute exitée par cette nouvelle en espérant que ce ne soit pas une fausse surprise.

On croise les doigts!

_________________
Trouver enfin peut-être un écho
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Equipe d'administration
WEBMASTER
WEBMASTER


Féminin
Nombre de messages : 2023
Date d'inscription : 17/08/2006

MessageSujet: Re: "L'Ombre des autres"   Mer 18 Oct 2006, 03:41

Mylène / Cinéma ?


Mylène de retour au cinéma en 2007 ?

Elle devrait incarner à l'écran le personnage de Tess, héroïne de "L'Ombre des autres", roman de Nathalie Rheims ... Une adaptation cinématographique de Luc Besson.

En effet, la rumeur semble se confirmer. Selon LE PARISIEN "la chanteuse, Mylène Farmer, incarnera à l'écran le personnage de Tess, héroïne de "L'Ombre des autres", le roman de Nathalie Rheims qui est paru lors de cette rentrées aux Editions Léo Scheer. Ce film, dont on ignore encore le nom du réalisateur, devrait être produit par Luc Besson".

L’Ombre des autres
Editions Léo Scheer, 2006. Mis en vente le 18 août 2006. 304 pages.


Selon rumeurs Mylène Farmer aura été vue à différentes reprises en compagnie de Nathalie Rheims sur Paris. Après le rôle de Catherine dans GIORGINO, place à Tess dans L'OMBRE DES AUTRES. Encore une histoire d'ombre...

Pour + d'infos voir "News" sur le forum !

A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avantquelombre.actifforum.com
Equipe d'administration
WEBMASTER
WEBMASTER


Féminin
Nombre de messages : 2023
Date d'inscription : 17/08/2006

MessageSujet: Re: "L'Ombre des autres"   Lun 27 Nov 2006, 15:37

Dimanche prochain Luc Besson est l'invité de Michel Drucker dans "Vivement Dimanche" pour l'occasion de la sortie du film...


Une présence de Mylène ???!!! Shocked scratch :study:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avantquelombre.actifforum.com
Mélusine
MODERATRICE
MODERATRICE
avatar

Féminin
Nombre de messages : 17488
Age : 35
Localisation : Gravée sur la Pierre
Date d'inscription : 30/08/2006

MessageSujet: Re: "L'Ombre des autres"   Lun 27 Nov 2006, 18:15

La Boss a écrit:
Dimanche prochain Luc Besson est l'invité de Michel Drucker dans "Vivement Dimanche" pour l'occasion de la sortie du film...


Une présence de Mylène ???!!! Shocked scratch :study:

Je pense pas, mais on croise les doigts pour des révélations!!!

_________________
Trouver enfin peut-être un écho
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "L'Ombre des autres"   Lun 27 Nov 2006, 22:04

Pour le coup, je crois que pour la première fois, je vais enregistrer l'émission de Michel Drucker
Revenir en haut Aller en bas
Tristana
*** QU'IL NEIGE OU VENTE ***
avatar

Féminin
Nombre de messages : 14080
Age : 30
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: "L'Ombre des autres"   Lun 27 Nov 2006, 22:14

Je reste sceptique quant au fait que Mylène serait présente. Mais Luc Besson en parlera Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://trist-ana.skyblog.com
Mélusine
MODERATRICE
MODERATRICE
avatar

Féminin
Nombre de messages : 17488
Age : 35
Localisation : Gravée sur la Pierre
Date d'inscription : 30/08/2006

MessageSujet: Re: "L'Ombre des autres"   Mar 28 Nov 2006, 15:09

cjm a écrit:
Pour le coup, je crois que pour la première fois, je vais enregistrer l'émission de Michel Drucker


Wink

_________________
Trouver enfin peut-être un écho
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Equipe d'administration
WEBMASTER
WEBMASTER


Féminin
Nombre de messages : 2023
Date d'inscription : 17/08/2006

MessageSujet: Re: "L'Ombre des autres"   Mer 13 Déc 2006, 04:36

EXTRAIT DU LIVRE

L’OMBRE DES AUTRES
DE NATHALIE RHEIMS
Date de publication : 18/08/2006
Editeur : Léo Scheer
Avec l'autorisation de l'éditeur pour www.evene.fr
Reproduction et/ou diffusion interdites
Usage strictement personnel
L’OMBRE DES AUTRES de NATHALIE RHEIMS
Editeur : Léo Scheer - Extrait téléchargé et disponible sur www.evene.fr
Vyniard, le 3 mai 1886.
Ma chère petite,
Cette lettre va sans doute te surprendre après ces mois de silence, qu’il faut me pardonner. Par
les nouvelles que me donne ta mère, je te sais heureuse et en bonne santé. Sa dernière lettre m’a
fait plaisir.
Les mois qui viennent de s’écouler ont été, pour nous, inquiétants et douloureux. Des
phénomènes troublants se sont produits. Ta tante est souffrante. Au début, j’ai pensé qu’il ne
s’agissait que d’une grande fatigue. Cet hiver à Vyniard a été particulièrement rigoureux ; nous
avons dû renoncer à nous rendre à Londres pour Noël. Mais à l’arrivée du printemps et des
premiers rayons de soleil, les choses ne se sont pas améliorées, bien au contraire.
Il faut que tu viennes le plus rapidement possible. Tes connaissances, ton expérience peuvent
m’aider à comprendre et à surmonter la situation. Je t’en prie, réponds-moi et viens dès que tu le
pourras. Nous t’attendons. Tendrement.
Ton oncle qui t’aime.
Chapitre premier
Tess resta un moment le regard suspendu au-dessus de la lettre. Elle la plia, s’allongea sur son
lit et ferma les yeux. Vyniard, le froid, le vent, la campagne anglaise où, enfant, elle passait ses
vacances. Les heures près d’Émile à le regarder enlever les viscères des oiseaux, puis à leur
redonner des couleurs. Tous ces volatiles qui ne s’envolaient plus, ces animaux immobiles, figés
dans une mort livrée aux regards de tous. Émile. Sa force, son étrange beauté, ses cheveux
sombres, sa minceur extrême. Toujours vêtu de noir.
Elle le suivait dans d’interminables promenades au coeur de forêts glacées où, captivés, ils
écoutaient le chant des corbeaux. Ensuite, ils buvaient du thé brûlant. Il lui parlait de ses voyages
en Amazonie, d’espèces rares qu’il poursuivait sans relâche. Blanche, fragile, sortait peu. Tess
passait des heures sur son canapé à la regarder natter ses longs cheveux.
Que lui était-il arrivé ? De quels phénomènes, de quelles sensations s’agissait-il ? La voix de sa
mère la fit se redresser :
— Tu es là ?
— Oui.
— Que fais-tu ?
— Entre, Lili.
La porte s’ouvrit.
— Viens t’asseoir près de moi, mais, auparavant, prends cette lettre sur mon bureau et lis-la.
Après quelques instants :
— Qu’est-ce que cela veut dire ?
— Tu as eu, récemment, des nouvelles de ton beau-frère ?
— Oui, mais il ne m’a parlé de rien.
— En es-tu sûre ? As-tu gardé son mot, peux-tu me le montrer ?
— Non, je ne l’ai plus. Pourquoi a-t-il besoin de toi ?
— Il pense sans doute que, grâce à mes études de neurologie, je pourrai l’aider à comprendre le
comportement de Blanche. Et aussi… depuis la mort de papa… Je sais, tu n’aimes pas que j’en
parle. Mais le sens de ce trouble, comme tu le nommes, existe chez moi. Cette faculté de deviner
à distance, mes visions de l’avenir proche, tous ces phénomènes qui, parfois, me dépassent…
J’en ai tant de fois parlé à Émile… Écoute, maman, il faut que j’aille à Vyniard.
— Fais pour le mieux.
L’OMBRE DES AUTRES de NATHALIE RHEIMS
Editeur : Léo Scheer - Extrait téléchargé et disponible sur www.evene.fr
Tess se blottit dans les bras de sa mère comme lorsqu’elle était enfant et dit à voix basse :
— Je partirai demain.
Sa nuit fut agitée. Comment la première vision lui était-elle apparue, après l’enterrement de son
père ? Elle s’était recroquevillée entre deux tombes pour pleurer. Tout le monde la cherchait,
hurlait son prénom. Mais elle restait là, contre la terre froide, dévastée par ce premier chagrin, si
profond que le vertige au-dessus de la fosse lui semblait dérisoire.
C’est Émile qui l’avait trouvée ; Tess se souvenait que, l’arrachant au sol telle une feuille, il
l’avait tenue serrée contre lui. Elle entendait encore sa voix :
— Pleure, mon enfant, pleure. Vide-toi de ces torrents de larmes. N’aie pas peur. Je suis là. Je
t’emmènerai autour du monde écouter le chant des oiseaux. Je t’apprendrai leur langage. Eux
seuls comprennent la souffrance. Ils te siffleront des mélodies qui apaiseront tes peines.
Aujourd’hui, c’est Émile qui l’appelait au secours, lui avouant son inquiétude.
Paris était ensoleillé dès le matin, en ce début de printemps. Elle promit à sa mère de lui donner
des nouvelles à son arrivée, boucla une petite valise, traversa le parc Monceau, remonta à pied
jusqu’à la gare, prit un billet pour Le Havre. En attendant le train, elle s’installa au café,
commanda un chocolat chaud et relut la lettre de son oncle.
Ensuite, dans le wagon, elle se plongea dans un volume des Leçons sur les maladies du système
nerveux de Jean Martin Charcot, l’éminent professeur dont elle suivait les cours à la Salpêtrière.
Sur le pont du bateau, l’air était tiède ; elle s’accouda à la rambarde. La côte prenait le large. Tess
n’avait pas quitté Paris depuis longtemps. Pour la première fois, elle partait sans sa mère. Il était
temps. Temps pour elle de vivre sa vie. De grandir. Un peu. « Doucement », se dit-elle en
souriant.
Dans quelques heures, elle retrouverait les bras d’Émile. Il la soulèverait de terre comme à son
habitude. Et Blanche. Douce Blanche, sa frêle silhouette, sa peau diaphane. De quels tourments
souffrait-elle ?
La jeune fille sentit une présence à ses côtés. Une femme au profil parfait, coiffée d’une capeline
mauve, se tenait près d’elle, regardant l’horizon. Ses yeux semblaient scruter le vague. Tess fut
attirée par un reflet argenté à son poignet. L’observant discrètement, elle distingua les contours
d’une chouette recouverte par des mains posées de chaque côté des ailes. Deux serpents
s’enroulaient autour des doigts. Son regard était absorbé par le bracelet. Elle fut prise d’un de
ces vertiges dont elle avait appris à se méfier. Tout disparut. L’objet seul flottait dans le vide. Les
reptiles lentement se mirent à bouger. Les mains s’animèrent. Un bruissement métallique déchira
ses tympans. L’objet lui parlait :
— Tess, Tess, aide-moi s’il te plaît, ne m’abandonne pas.
Elle avait soudain devant les yeux une stèle de marbre noir. Elle recula, perdit l’équilibre,
s’accrocha à un transat. Les bras d’Émile l’entouraient, elle sentit la main de Blanche sur sa
joue. Elle s’allongea quelques instants.
Le souffle du vent la ramena au réel. La femme à la capeline mauve était là. Rien n’avait changé.
Au loin, se dessinaient les côtes anglaises. Elle ne connaissait pas ce bracelet, mais lui l’avait
reconnue. Une sirène retentit. Douvres approchait.
Descendre du bateau lui prit du temps. Les nombreuses formalités à remplir l’amenèrent au
crépuscule. Elle loua une chambre dans l’hôtel du port. Dîna à peine. Écrivit une lettre à sa mère
pour la rassurer.
À l’aube, elle prit le train pour Londres. Elle pensait à son père, au peu de souvenirs qu’elle avait
conservés de lui. Élie était le premier mot qu’elle avait appris à écrire. Quand à l’école on lui
demandait le métier de son père, Tess était fière d’écrire : biologiste, cela lui semblait magique.
La jeune fille portait le prénom de sa grand-mère paternelle : Tessa.
Elle était pressée d’arriver, de découvrir enfin ce qui se passait, de retrouver Émile. À Londres,
elle monta dans le train pour Vyniard. Trois heures plus tard, marchant le long de la route, elle
passa devant le seul pub du bourg, traversa la campagne. Une pluie légère commençait à tomber.
L’immense demeure de son oncle se dressait au loin, perdue entre les arbres.
Le vent faisait ondoyer la lande sauvage entourant le manoir, caché derrière les saules qui
bordaient la rivière de Solveg. La bâtisse aux reflets d’ardoise était comme un vaisseau naviguant
dans un océan de verdure en mouvement. Elle abritait la famille d’Émile depuis trois siècles. Son
ancêtre, Lord Shanagan, l’avait fait construire à l’époque de la Réforme.
L’OMBRE DES AUTRES de NATHALIE RHEIMS
Editeur : Léo Scheer - Extrait téléchargé et disponible sur www.evene.fr
Tess retrouvait, intactes, ses sensations enfantines. Elle était frappée, comme à chaque fois, par
cette atmosphère unique, par cette douce lumière. Mais, avec le temps, le lieu semblait s’être
assombri. Elle se surprit à se demander d’où venait cette ombre. Était-ce simplement le ciel qui
se chargeait de nuages ?
En traversant le petit bois, elle reconnut le chant des bergeronnettes, le sifflement des merles, le
trille des étourneaux. La jeune fille monta les marches du perron et, prise d’une légère
appréhension, fit tinter la cloche. La porte s’ouvrit.
— Bonjour, George.
— Mademoiselle. Tess…
Elle l’embrassa.
— J’ai quitté Paris il y a deux jours. J’ai reçu une lettre de mon oncle. Est-il là ? Et Blanche ?
— Votre tante se repose dans sa chambre, elle est très fatiguée. Monsieur est dans son
laboratoire.
— Merci, George. Ne bougez pas, je vais le chercher. Au fait, comment va Mary ?
— On vieillit. Mais dans l’ensemble ça va. Vous ferez la connaissance de Lucy, qui est venue
nous prêter sa jeunesse.
— À tout à l’heure, George.


Dernière édition par le Mer 13 Déc 2006, 04:40, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avantquelombre.actifforum.com
Equipe d'administration
WEBMASTER
WEBMASTER


Féminin
Nombre de messages : 2023
Date d'inscription : 17/08/2006

MessageSujet: Re: "L'Ombre des autres"   Mer 13 Déc 2006, 04:36

À cinquante mètres se trouvait la dépendance où Émile étudiait et naturalisait les oiseaux. Tess
frappa au carreau. Il tourna la tête, se leva. La jeune fille crut qu’il allait défaillir tant son émotion
semblait forte. Il cria son prénom, la serra contre lui à l’étouffer. Ils restèrent un long moment
enlacés, comme deux amants chastes, sans prononcer un mot, puis il murmura :
— Tu es là. Tu es venue. Tess, mon ange, mon amour. Cela fait trop longtemps que je ne t’ai pas
vue. Regarde-moi. Tes cheveux ont encore poussé. Tu es maigre. Tu ne manges rien.
La jeune fille éclata de rire.
— Mais si. Comme un oiseau. Émile, que se passe-t-il ? Pourquoi cette lettre ? Explique-moi.
— Viens t’asseoir. Je vais essayer de te raconter comment cela a commencé. C’était il y a huit
mois, en septembre. Blanche et moi revenions du Mexique, où j’étais parti étudier une espèce
vouée à disparaître. Nous avions passé des semaines merveilleuses à voyager, écrire, dessiner. La
nuit de notre retour, je me suis réveillé : Blanche avait disparu. Je l’ai trouvée errant dans la
maison, égarée. Elle semblait étreinte par une sombre terreur. Au début, j’ai mis cela sur le
compte de la fatigue.
Tess soupira et posa sa tête sur l’épaule de son oncle. Oui, sûrement, elle pourrait l’aider.
Combien de patients observés au cours de ses études à la Salpêtrière, amenés par leur famille en
proie à de semblables transes, combien d’hommes, de femmes dans les couloirs de l’hôpital,
persuadés d’être possédés par un démon, torturés par des frayeurs qu’eux seuls semblaient
entrevoir.
Elle interrogea longuement son oncle ; elle avait besoin d’une multitude de détails. Les
symptômes de Blanche rappelaient ce que Charcot nommait le somnambulisme magnétique. Il
fallait rassurer Émile. Trouver des explications rationnelles.
Mais plus ils avançaient dans ce dialogue avec l’indicible, plus il se troublait. Soudain, sa voix se
durcit :
— Arrête, Tess ! Arrête ! Tu ne comprends pas. Ce n’est pas pour ça que je t’ai appelée au
secours. Si tu savais…
Elle le sentait perdre pied. Il poursuivit :
— Je pense qu’il s’est passé quelque chose au Mexique.
Il semblait hésiter. La jeune fille lui prit la main.
— Tu sais, j’étais absorbé, obsédé par mes recherches. Blanche est souvent restée seule. A-t-elle
fait des rencontres ? Quelqu’un lui a-t-il donné des substances ?
— Tu veux dire des drogues ?
— Je ne sais pas mais ce qui est sûr…
La porte s’ouvrit sans bruit. Blanche était là, en chemise de nuit, les yeux fixes, avançant tel un
automate. Elle semblait ne pas les voir. Elle se dirigea vers le bureau d’Émile, ouvrit un tiroir,
chercha fébrilement dans ses papiers, et, prenant une feuille vierge, se mit à lire à haute voix :
« Cher docteur Conan Doyle, je suis au regret de vous annoncer la disparition de Lucy, qui est
employée chez nous, au manoir de Shanagan. Cette jeune fille ne faisait pas correctement son
L’OMBRE DES AUTRES de NATHALIE RHEIMS
Editeur : Léo Scheer - Extrait téléchargé et disponible sur www.evene.fr
travail. Nous l’avons chassée. Même votre ami Sherlock Holmes ne pourra la retrouver. »
Émile regarda sa nièce. Cette scène valait toutes les explications. Blanche reposa la feuille, puis
s’en alla. Par la fenêtre, Tess la vit traverser le jardin.
Appuyant ses mains, son front contre la vitre, la jeune fille pleura. Ses larmes coulaient sur les
carreaux, se mêlant à la pluie qui tombait au-dehors. Les bras d’Émile vinrent la soutenir à
l’instant où elle sentait ses jambes se dérober.
— Ce n’est pas possible, répétait-elle inlassablement.
— Si, hélas. Et tu n’as pas encore tout vu. Viens. Suis-moi.
Ils entrèrent dans le manoir et montèrent à l’étage. George et Mary se tenaient en haut de
l’escalier. Émile leur cria :
— Où est Lucy ?
La vieille dame était désemparée. Les yeux du serviteur l’imploraient. Il balbutia :
— Monsieur. Monsieur.
Émile le prit par les épaules.
— George, où est Lucy ?
— Monsieur, je ne comprends pas.
Émile l’écarta et monta sous les combles, où se trouvait la chambre de la jeune servante. Tess le
suivit, gardant ses distances, cherchant à retrouver le calme qui semblait avoir abandonné cette
demeure. Comment son oncle pouvait-il perdre ainsi son sang-froid ? Blanche l’avait-elle
entraîné dans sa démence ?
Lui, si près de la nature, de la terre, du réel. Les paroles qu’elle prononçait dans ce gouffre
hypnotique avaient la force, l’évidence de la vérité, mais elles n’avaient pas de sens. Tess eut
envie de lui crier : « Va plutôt voir Blanche ! C’est elle qu’il faut protéger. » Mais la jeune fille
se tut. Tout, dans l’attitude, dans l’énergie d’Émile, lui montrait qu’il croyait aux paroles
somnambules de son épouse. Elle fut glacée : et s’il avait raison ? Non, il ne fallait pas se laisser
gagner par ces divagations. Même si elle comprenait que tout lui échappait, qu’il en savait, sans
doute, bien davantage et n’avait soulevé qu’un coin du voile. Elle se débattait en vain. La
certitude de la disparition de Lucy s’imposa, bouleversant ses pensées. Elle accéléra le pas et
rejoignit son oncle qui se tenait debout devant la chambre, la main sur le loquet, l’oreille collée à
la porte, le regard fixe. Elle lui dit :
— Tu m’entends ? Je suis là.
Il hocha la tête.
— Je suis avec toi. Sache-le.
Cette phrase le tira de sa torpeur. Il ouvrit. Un rayon de lune traversait la chambre, venant éclairer
le lit. La couverture beige était soigneusement pliée, glissée sous le matelas, et les draps
donnaient l’impression de n’avoir pas été défaits. On distinguait à peine une silhouette aux
longs cheveux blonds épars sur l’oreiller. Faisant un pas de plus, ils virent le haut du visage de
Lucy, qui dormait paisiblement.
Tout était immobile. Tess s’avança. La lumière du couloir se répandait dans la chambre.
Pourtant, une ombre bleutée recouvrait cette scène, comme si un voile obstruait le halo des
lampes à pétrole, plongeant Shanagan dans une semi-obscurité. Quelque chose d’opaque dans
l’air, semblable à ce reflet sombre qui lui était apparu à l’approche du manoir.
Elle se tourna vers Émile, qui n’avait pas bougé. Son regard était vide. Tess le prit par le bras et
l’invita à sortir. Allait-il enfin vérifier si Blanche s’était recouchée, si rien ne lui était arrivé ?
Aucun son ne sortit de sa bouche.
Il la suivit. En descendant l’escalier, elle crut voir un éclair illuminer le jardin.
— Regarde !
— Quoi ? répondit-il.
— Rien. Non, rien.
Au fond du couloir se trouvaient les appartements de Blanche. Depuis plusieurs années, chacun
occupait des parties différentes du manoir, car Émile travaillait la nuit. Tess frappa à la porte.
— Je peux entrer ?
Aucune réponse. Ils pénétrèrent dans la chambre. Assise dans un fauteuil, les yeux mi-clos,
Blanche semblait ne rien entendre. Sa nièce s’agenouilla près du fauteuil. Lui resta dans
l’embrasure de la porte.
L’OMBRE DES AUTRES de NATHALIE RHEIMS
Editeur : Léo Scheer - Extrait téléchargé et disponible sur www.evene.fr
— Tu m’entends ? C’est moi, Tess.
— Oui.
— Tu dors ?
— Non. Je suis réveillée.
— Que t’arrive-t-il ? Depuis mon arrivée à Shanagan, je ne te retrouve pas. Où es-tu ? Dis-lemoi.
— Avec eux.
— Qui sont-ils ?
— Les Autres, répondit Blanche d’une voix atone.
Un bruit sourd frappa les carreaux. Tess se précipita à la fenêtre et l’ouvrit. Un corbeau inanimé
reposait sur la corniche.
Elle entendit un cri et se retourna. Tout dans la pièce lui sembla flou, déformé. Blanche flottait
au-dessus du fauteuil. Ils se regardèrent sans oser faire un geste.
— Est-ce que tu vois la même chose ?
Émile avait posé cette question, mais ses lèvres n’avaient pas bougé. Elle détacha ses yeux de
ceux de son oncle et se mit à scruter chaque meuble, tableau, objet, dessin, cherchant un détail
familier, espérant retrouver un réel tangible.
Dans un coin, au-dessous d’un croquis à la sanguine représentant un visage d’homme aux traits
évanescents, il y avait une table ronde sur laquelle était posé un tissu safran. Une multitude de
bibelots hétéroclites se disputaient cet espace exigu : une divinité mexicaine, un calao gris
empaillé, trois daguerréotypes. Son regard fut attiré par un objet plus brillant. Elle s’approcha du
guéridon et le saisit. C’était le même bracelet en forme de chouette que celui que portait la
femme, sur le pont du bateau. Une voix lui dit à l’oreille : « Prends-le, Tess, mets-le à ton
poignet. »
La jeune fille sentit la main de son oncle lui soulever la tête. Elle ouvrit les yeux.
— Je me suis évanouie ?
— Oui. Quelques minutes.
— Que m’est-il arrivé ? Et Blanche ?
— Mon ange, voilà ce qui se passe depuis plusieurs mois. Tu sais maintenant pourquoi je t’ai
suppliée de venir. On ne peut plus vivre ainsi. Demain matin, elle se réveillera sans souvenir.
Essaie de lui parler. Il faut agir, faire venir des médecins, des scientifiques. Tous les praticiens,
aux alentours, se sont penchés sur son cas. Ils disent la même chose : folie, mélancolie… Si je
les écoutais, il faudrait l’enfermer. Le pasteur de Vyniard prétend qu’elle est possédée. Quelle
sottise ! Que veut-elle nous dire à travers ces crises ? Que cherche-t-elle à nous faire comprendre
lorsqu’elle lit ces lettres invisibles sur du papier blanc ? Regarde-la dormir paisiblement. Par
moments, dans la maison, tout bouge, change, se transforme. George et Mary, Dieu merci, nous
sont très attachés. Sinon, ils seraient partis depuis longtemps. Penses-tu, comme certains, qu’il
s’agit de ce qu’on appelle l’hystérie ?
— Je ne sais pas. Difficile de poser un diagnostic en si peu de temps. Demain, je réfléchirai aux
moyens de nous sortir de ce cauchemar. J’espère réussir à lui parler. Au fait, où as-tu trouvé ce
bracelet en forme de chouette ?
— C’est un cadeau que j’ai reçu par la poste. Je ne sais pas qui me l’a envoyé. Je te l’offre,
porte-le. Cela me fera plaisir.
Il saisit le bijou et l’accrocha au poignet de sa nièce.
— Il te va bien. Va dormir dans ta chambre.
Elle sortit sans un mot, sentit le regard d’Émile posé sur elle, ouvrit la porte. Elle s’enferma à
clef, s’adossa contre le mur et soupira. Tout était là, intact, immuable, c’était le lieu de son
enfance, celui de l’insouciance, le nid des oiseaux, la caverne des souvenirs. Le même papier
rose, aujourd’hui délavé, recouvrait les murs. Le lit-cage aux barreaux d’acier surmontés de
boules argentées était toujours là.
Même son vieil ours l’avait attendue dans le fauteuil. Elle l’attrapa, le posa sur ses coussins. De
l’armoire, elle sortit une chemise de nuit en coton et se déshabilla. Elle sourit dans le miroir. Elle
avait encore son air d’enfant sage. Dans les draps frais, elle étira son corps perclus de douleurs ;
ses jambes, son dos, ses épaules lui faisaient mal. Dormir maintenant, après ces deux jours
harassants, cette soirée éprouvante. Tess se sentait chez elle ici, bien plus qu’ailleurs. Sa vie
L’OMBRE DES AUTRES de NATHALIE RHEIMS
Editeur : Léo Scheer - Extrait téléchargé et disponible sur www.evene.fr
aurait pu être paisible, mais elle avait choisi de la consacrer à étudier les cas d’hystérie à la
Salpêtrière.
Pourquoi n’avait-elle rencontré personne avec qui partager son existence ? Elle remonta les
draps sous son menton et, les yeux grands ouverts, laissa son esprit vagabonder. Elle aimait tant
Émile, sa beauté, son mystère, ce charme si particulier au coin des lèvres. Aucun autre homme ne
lui avait plu davantage. Le sommeil l’enveloppa. Un bruit dans le couloir la réveilla en sursaut.
Quelle heure était-il ? Malgré le sommeil encore lourd, elle se leva, entrouvrit la porte et aperçut
deux silhouettes qui descendaient précipitamment les escaliers.
Tess alla à la fenêtre. Deux ombres se faufilaient dans le jardin sous la lune sombre. Elles
disparurent au loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avantquelombre.actifforum.com
Mélusine
MODERATRICE
MODERATRICE
avatar

Féminin
Nombre de messages : 17488
Age : 35
Localisation : Gravée sur la Pierre
Date d'inscription : 30/08/2006

MessageSujet: Re: "L'Ombre des autres"   Jeu 28 Déc 2006, 21:07

Est-ce que qqn sait si le livre est sorti dans le commerce car je ne le trouve pas... J'ai regardé à la Fnac cette aprèm, mais le vendeur m'a regardé comme si je descendais de la lune!

Descends-je de la lune?

_________________
Trouver enfin peut-être un écho
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "L'Ombre des autres"   Jeu 28 Déc 2006, 21:15

Mélusine82 a écrit:
Est-ce que qqn sait si le livre est sorti dans le commerce car je ne le trouve pas... J'ai regardé à la Fnac cette aprèm, mais le vendeur m'a regardé comme si je descendais de la lune!

Descends-je de la lune?

Mais non Mélu t'inquiète pas! mdr

Pour le livre je suis désolée mais je ne peux pas t'aider... Je ne l'ai jamais vu dans le commerce en tous cas...
Revenir en haut Aller en bas
Cédric
Vieux bouc
Vieux bouc


Masculin
Nombre de messages : 1711
Age : 41
Localisation : Genève
Date d'inscription : 26/08/2006

MessageSujet: Re: "L'Ombre des autres"   Ven 29 Déc 2006, 00:50

Mélusine82 a écrit:
Est-ce que qqn sait si le livre est sorti dans le commerce car je ne le trouve pas... J'ai regardé à la Fnac cette aprèm, mais le vendeur m'a regardé comme si je descendais de la lune!

Descends-je de la lune?

mélusine ... moi l'ai acheté à la fnac de rive il ya environ 1 mois......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine
MODERATRICE
MODERATRICE
avatar

Féminin
Nombre de messages : 17488
Age : 35
Localisation : Gravée sur la Pierre
Date d'inscription : 30/08/2006

MessageSujet: Re: "L'Ombre des autres"   Ven 29 Déc 2006, 13:08

spleenman a écrit:
Mélusine82 a écrit:
Est-ce que qqn sait si le livre est sorti dans le commerce car je ne le trouve pas... J'ai regardé à la Fnac cette aprèm, mais le vendeur m'a regardé comme si je descendais de la lune!

Descends-je de la lune?

mélusine ... moi l'ai acheté à la fnac de rive il ya environ 1 mois......

Bon, et ben le vendeur descends de la lune!!!!!!!!!!!!!! Confirmation par Spleenman!!!!!!!!!!!

Bon, ben je vais aller à la fnac de rive alors. J'irai aujourd'hui tiens!!! Au moins là-bas, ils sauront me conseiller!!!

_________________
Trouver enfin peut-être un écho
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine
MODERATRICE
MODERATRICE
avatar

Féminin
Nombre de messages : 17488
Age : 35
Localisation : Gravée sur la Pierre
Date d'inscription : 30/08/2006

MessageSujet: Re: "L'Ombre des autres"   Mar 02 Jan 2007, 13:22

Selon le mylene.net, le tournage aura lieu au printemps-été...
C'est sur un scénario de Claude Berri (voilà pourquoi Mymy était avec lui lors d'un vernissage il y a quelques semaines) mais oui, rappellez-vous la photo!!!! (MERCI SPLEENMAN POUR LE RAPPROCHEMENT)

_________________
Trouver enfin peut-être un écho
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nicolas
Invité



MessageSujet: Re: "L'Ombre des autres"   Sam 03 Fév 2007, 15:28

je suis entrein de lire le livre...et je suis très impassient de voir mylène dans le role de tess...c'est un role qui lui va très bien...
Revenir en haut Aller en bas
Mélusine
MODERATRICE
MODERATRICE
avatar

Féminin
Nombre de messages : 17488
Age : 35
Localisation : Gravée sur la Pierre
Date d'inscription : 30/08/2006

MessageSujet: Nathalie Rheims à l'arène de France sur France 2   Jeu 19 Avr 2007, 13:43

Hier soir, Nathalie Rheims était l'invitée de l'émission présenté par Stéphane Bern.

Ils ont parlé de son dernier livre "L'ombre des autres". Nathalie a confirmé la présence de Mylène dans son film et que Luc Besson le produira. Elle a également ajoutée que le tournage commencera à la fin de l'année.

Il ne nous reste plus qu'à attendre, comme d'habitude quoi...Rolling Eyes

_________________
Trouver enfin peut-être un écho
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clémence
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Féminin
Nombre de messages : 8180
Age : 40
Localisation : sur mon île ô
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: "L'Ombre des autres"   Jeu 19 Avr 2007, 13:55

Eh oui,ce qu'on nous avait fait croire à propos du tournage n'était que de l'intox!!!:twisted:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tristana
*** QU'IL NEIGE OU VENTE ***
avatar

Féminin
Nombre de messages : 14080
Age : 30
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: "L'Ombre des autres"   Jeu 19 Avr 2007, 15:49

clémence a écrit:
Eh oui,ce qu'on nous avait fait croire à propos du tournage n'était que de l'intox!!!:twisted:

Donc le tournage n'a même pas commencé et on nous, on a tout cru
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://trist-ana.skyblog.com
Mélusine
MODERATRICE
MODERATRICE
avatar

Féminin
Nombre de messages : 17488
Age : 35
Localisation : Gravée sur la Pierre
Date d'inscription : 30/08/2006

MessageSujet: Re: "L'Ombre des autres"   Jeu 19 Avr 2007, 17:58

Tristana a écrit:
clémence a écrit:
Eh oui,ce qu'on nous avait fait croire à propos du tournage n'était que de l'intox!!!:twisted:

Donc le tournage n'a même pas commencé et on nous, on a tout cru

Exactement!!!!

_________________
Trouver enfin peut-être un écho
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nicolas
Invité



MessageSujet: Re: "L'Ombre des autres"   Jeu 19 Avr 2007, 19:48

oui moi ossi j'ai vu l'émission hier soir...:)

quand nathali à annoncé que le film commencerait à ètre tourné quand décembre...

j'ai crié : qqqqqqqqqqqqqqqqquuuuuuuuuuuuuuoooooooiiiiiiii????lol

et dans le n0 19 de mylène farmer et vous ils ont annoncé le fim pour décembre 2007 mais ossi au printemp 2008...
Revenir en haut Aller en bas
Tristana
*** QU'IL NEIGE OU VENTE ***
avatar

Féminin
Nombre de messages : 14080
Age : 30
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: "L'Ombre des autres"   Jeu 19 Avr 2007, 23:26

nicolas a écrit:
oui moi ossi j'ai vu l'émission hier soir...:)

quand nathali à annoncé que le film commencerait à ètre tourné quand décembre...

j'ai crié : qqqqqqqqqqqqqqqqquuuuuuuuuuuuuuoooooooiiiiiiii????lol

et dans le n0 19 de mylène farmer et vous ils ont annoncé le fim pour décembre 2007 mais ossi au printemp 2008...


Ah ben voilà une raison de plus pour blâmer le MFetvous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://trist-ana.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "L'Ombre des autres"   Ven 20 Avr 2007, 00:03

En gros personne ne sait quand il sortira ce qui fait qu'il y a une belle quantités de rumeurs... aucune vraie visiblement... wait and see comme souvent avec dame Farmer =)
Revenir en haut Aller en bas
Mélusine
MODERATRICE
MODERATRICE
avatar

Féminin
Nombre de messages : 17488
Age : 35
Localisation : Gravée sur la Pierre
Date d'inscription : 30/08/2006

MessageSujet: Re: "L'Ombre des autres"   Ven 20 Avr 2007, 13:29

Tristana a écrit:
nicolas a écrit:
oui moi ossi j'ai vu l'émission hier soir...:)

quand nathali à annoncé que le film commencerait à ètre tourné quand décembre...

j'ai crié : qqqqqqqqqqqqqqqqquuuuuuuuuuuuuuoooooooiiiiiiii????lol

et dans le n0 19 de mylène farmer et vous ils ont annoncé le fim pour décembre 2007 mais ossi au printemp 2008...


Ah ben voilà une raison de plus pour blâmer le MFetvous

:dkz:Maiiiiis noooon (J'imagine Tristana tte énérvée.. Pauvre!)

_________________
Trouver enfin peut-être un écho
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tristana
*** QU'IL NEIGE OU VENTE ***
avatar

Féminin
Nombre de messages : 14080
Age : 30
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: "L'Ombre des autres"   Ven 20 Avr 2007, 20:13

Oui, déjà que le prix beaucoup trop élevé me révolte :hfyx:


MDR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://trist-ana.skyblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "L'Ombre des autres"   

Revenir en haut Aller en bas
 
"L'Ombre des autres"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Tournage du clip "L'ombre et la lumière"
» Clip de "L'ombre et la lumière"
» Un clip pour "L'ombre et la lumière"
» "Dans L'Ombre De Johnny", Alan Coriolan
» Michael Jackson parmi tant d'autres dans le coffret DVD "Les enfants du rock"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Suisse Mylène Farmer :: Ainsi soit-elle... :: Elle !-
Sauter vers: