Forum Suisse Mylène Farmer


 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Charles Baudelaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Equipe d'administration
WEBMASTER
WEBMASTER


Féminin
Nombre de messages : 2023
Date d'inscription : 17/08/2006

MessageSujet: Charles Baudelaire   Lun 21 Aoû 2006, 01:45



Charles Baudelaire (1821-1867)

Charles Baudelaire est né à Paris et vit son enfance dans un contexte pour le moins difficile : son père meurt quand Charles n’a que six ans, et sa mère se remarie avec un militaire qui renie l’orientation artistique qu’il entreprend …
Pour contrer sa rigueur, il vit dans l’excès avec notamment deux femmes qui marqueront sa vie : Jeanne Duval et Mme Sabatier.
Mylène reconnaît l’admirer, mais elle puise plus son inspiration dans des thèmes qu’ils ont en commun que réellement dans des textes …

Pour revenir à Baudelaire, il finira sa vie dans les amours perdues, l’alcool, la drogue, la maladie, procès et dettes puis tentatives de suicides

Mylène Farmer et Charles Baudelaire ont donc en commun de s’inscrire, au moins pour le début de sa carrière, dans le Romantisme le plus noir … Si Mylène se laisse plus tard guider vers le surréalisme, c’est bel et bien le Romantisme qui la hante dans ses premières années …

Pour lui rendre hommage, on retrouve un poème de Baudelaire, « L’horloge », en ouverture de son album « Ainsi soit-je … » (1988), plongeant l’auditeur dans les abîmes de la déchéance humaine par sa musique effrayante …

L'Horloge

Horloge ! Dieu sinistre, effrayant, impassible
Dont le doigt nous menace et nous dit : " Souviens-toi !
Les vibrantes Douleurs dans ton cœur plein d'effroi
Se planteront bientôt comme dans une cible;
Le Plaisir vaporeux fuira vers l’horizon
Ainsi qu'une sylphide au fond de sa coulisse;
Chaque instant te dévore un morceau du délice
A chaque homme accordé‚ pour toute sa saison.
Trois mille six cent fois par heure,
la Seconde
Chuchote :
Souviens-toi ! - Rapide, avec sa voix
D'insecte, Maintenant dit: Je suis Autrefois,
Et j'ai pompé ta vie avec ma trompe immonde !
Remember ! Souviens-toi, prodigue Esto memor !
(Mon gosier de métal parle toutes les langues.)
Les minutes, mortel folâtre, sont des gangues
Qu'il ne faut pas lâcher sans en extraire l'or !
Souviens-toi que le temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c'est la loi.
Le jour décroît; la nuit augmente, souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif: la clepsydre se vide.
Tantôt sonnera l’heure où le divin Hasard,
Où l'auguste Vertu, ton épouse encor vierge,
Où le Repentir même (oh ! la dernière auberge !),
Où tout te dira: Meurs, vieux lâche ! il est trop tard ! »

Depuis, l’ombre du poète continue de hanter l’œuvre Farmerienne …
Dans son poème « L’albatros », Baudelaire présente le triste sort de l’artiste … Mylène y répondra très différemment, à sa manière, dans « L’histoire d’une fée, c’est … » (2001). Et comment ne pas voir en « Je change l’or en toc ! » une évocation de cette sirupeuse et culte phrase de Baudelaire : « Donnez-moi de la boue, j’en ferai de l’or ! » …

Dernière inspiration en date, comment ne pas voir en « Derrières les fenêtres » (2005) un clin d’œil aux « Fenêtres » extraites du « Spleen de Paris » …

Les fenêtres

« Celui qui regarde du dehors à travers une fenêtre ouverte, ne voit jamais autant de choses que celui qui regarde une fenêtre fermée. Il n'est pas d'objet plus profond, plus mystérieux, plus fécond, plus ténébreux, plus éblouissant qu'une fenêtre éclairée d'une chandelle. Ce qu'on peut voir au soleil est toujours moins intéressant que ce qui se passe derrière une vitre. Dans ce trou noir ou lumineux vit la vie, rêve la vie, souffre la vie.
Par delà des vagues de toits, j'aperçois une femme mûre, ridée déjà, pauvre, toujours penchée sur quelque chose, et qui ne sort jamais. Avec son visage, avec son vêtement, avec presque rien, j'ai refait l'histoire de cette femme, ou plutôt sa légende, et quelquefois je me la raconte à moi-même en pleurant.
Si c'eût été un pauvre vieux homme, j'aurais refait la sienne tout aussi aisément.
Et je me couche, fier d'avoir vécu et souffert dans d'autres que moi-même.
Peut-être me direz-vous: «Es-tu sûr que cette légende soit la vraie?» Qu'importe ce que peut être la réalité placée hors de moi, si elle m'a aidé à vivre, à sentir que je suis et ce que suis ? »

Charles Baudelaire


Derrière les fenêtres

"La lumière est invisible
à nos yeux"
C'est ce qu'ils disent en silence
Quand ils sont deux...
Hommes et femmes de pierre
Aux destins sans gloire
Mal étreints, trop fiers
J'entends...
L'absence d'eux...
Refrain :
Derrière les fenêtres
Des vies, longtemps, se perdent
Derrière les fenêtres
J'envie des mondes
Qui ressemblent aux songes
Derrière les carreaux
Tombent en lambeaux des êtres
Derrières les pâleurs, on sait qu'un
Coeur va naître ou disparaître
Silhouettes exquises
J'imaginais vos cernes
Des amants qui sont tranquilles
A leurs fenêtres
Hommes et femmes dignes
Je voudrais rencontrer vos ombres
Parler à vos âmes
Qui plongent
Et qui se signent
Refrain
Mylène Farmer

Reconnu par certains, Baudelaire fut cependant traîné en justice et condamné pour immoralité après la sortie des « Fleurs du Mal » … Certains textes (dont un à caractère lesbien) durent être censurés pour permettre la publication de l’œuvre … Cette question de censure n’est bien sûr pas sans rappeler certains épisodes de la carrière de Mylène, pourtant un siècle et demi plus tard !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avantquelombre.actifforum.com
Invité
Invité



MessageSujet: beaudelaire   Dim 11 Nov 2007, 18:57

j'aime beaucoup ce poète, j'ai son bouquin

j'aime beaucoup comment il écrit

le texte " l'horloge est magnifique

yzabel
Revenir en haut Aller en bas
Mélusine
MODERATRICE
MODERATRICE
avatar

Féminin
Nombre de messages : 17488
Age : 35
Localisation : Gravée sur la Pierre
Date d'inscription : 30/08/2006

MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   Lun 12 Nov 2007, 22:58

isabelle_levico a écrit:
j'aime beaucoup ce poète, j'ai son bouquin

j'aime beaucoup comment il écrit

le texte " l'horloge est magnifique

yzabel

J'ai étudié au collègue et à l'uni... Je l'adore!

_________________
Trouver enfin peut-être un écho
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: beaudelaire   Mer 14 Nov 2007, 15:41

j'aime ces auteurs là, un peu spécial, qui ne font rien comme les autres

yza
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Charles Baudelaire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Charles Baudelaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour de chez RF Charles
» Charles Mouton
» Charles Gounod (1818-1893)
» Charles Valentin Alkan
» stade Charles Ehrmann Nice

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Suisse Mylène Farmer :: Ainsi soit-elle... :: L'ombre de ses "autres"...-
Sauter vers: